Quelques jours avant le marathon de Londres en 2012, des scientifiques du groupe de recherche en santé du sein de l’Université de Portsmouth en Angleterre ont approché des femmes à leur inscription au marathon et leur ont demandé de remplir un questionnaire anonyme sur leurs habitudes d’entrainement.

Avoir les seins douloureux est une expérience commune chez les femmes de tout âge et de toute taille, qu’elles soient des athlètes ou pas.

Aucune recherche n’avait été réalisée auparavant pour savoir si l’entrainement physique (et principalement le running) contribue à la douleur du sein et, à l’inverse, si la douleur du sein modifie la façon dont les femmes s’entrainent.

Sur les 1300 femmes inscrites pour la course, qui ont répondu au questionnaire, il en ressort que l’exercice a une incidence significative sur la douleur du sein et vice versa.

C’est le mouvement qui engendre cette douleur. Les seins oscillent dans l’espace quand une femme s’entraine, pas seulement de haut en bas mais aussi d’un côté à l’autre, en avant et en arrière. Même avec un soutien-gorge de sport standard, les scientifiques ont remarqué que les seins continuaient souvent à se balancer pendant la course.

Lorsque les scientifiques ont analysé les réponses au questionnaire, ils ont constaté que les données sur les soutiens-gorge était plutôt étendues avec par exemple 56 tailles de soutien-gorge différents. Plus de 90% des femmes ont déclaré qu’elles portaient toujours un soutien-gorge, y compris pendant l’entrainement. Mais ces femmes actives n’étaient pas à l’abri de douleurs aux seins. Plus d’un tiers a indiqué que leurs seins étaient fréquemment douloureux, mais pas nécessairement à cause de l’exercice, c’était souvent à cause de changements hormonaux associés au cycle menstruel.

De plus, la douleur était le plus élevée parmi les femmes aux gros seins. Plus de la moitié de celles portant un bonnet F ou plus ont signalé des douleurs fréquentes du sein. Mais les femmes de plus petite poitrine ont également été touchées, environ 25% de celles qui portaient un bonnet A ou moins disent que leurs seins sont souvent douloureux.

Ce que les chercheurs ont trouvé particulièrement frappant est que beaucoup de femmes qui ressentent des douleurs mammaires pendant l’exercice réduisent l’intensité de leurs séances d’entraînement voire les arrêtent complètement. Alors que bien souvent le problème vient du soutien-gorge!

Voici donc 5 conseils pour bien choisir son soutien-gorge : 

1) La bande élastique sous la poitrine : La bande doit s’adapter fermement autour du buste. Elle ne doit pas glisser quand vous courez, mais elle ne doit pas être trop serrée non plus. Le maintien ne doit pas être inconfortable et ne doit pas affecter la respiration. La bande doit être au même niveau tout autour du buste.

2)  Le bonnet  Les seins doivent être enfermés dans les bonnets, sans créer de bourrelets ou d’écartement en haut ou sur les côtés. Si le bonnet est plissé c’est que la taille est probablement trop grande.

3)  L’armature  L’armature doit suivre le pli naturel de la poitrine. Si l’armature repose trop loin de la cage thoracique (c’est à dire où la cage thoracique devient légèrement plus étroit) la taille est probablement trop petite.

4)  Le devant du soutien-gorge  L’avant doit reposer à plat contre le corps et sans espace au dessus de la poitrine. Si l’avant du soutien-gorge est soulevé, la taille du bonnet peut être diminuée.

5) Les bretelles  elles doivent être ajustées pour maintenir confortablement le soutien-gorge sans être trop serrées. Le principal soutien pour le sein doit provenir de bande sous la poitrine et non des bretelles serrées.